01.34.92.87.17
85 avenue de Cherbourg, 78740 Vaux-sur-Seine

Histoire de l’Église

L’étude de l’histoire de l’Église vise autant l’apprentissage de l’importance de l’histoire que celui de l’histoire elle-même. En effet, l’action rédemptrice de Dieu s’enracine dans le temps et traverse les siècles.  Elle ne s’est pas arrêtée à l’époque des apôtres.

 

 

Beaucoup d’Églises évangéliques sont d’origine récente, d’ecclésiologie congrégationaliste, ayant peu d’histoire derrière elles et donc assez peu le sens de la continuité. Cependant, l’Église n’est pas que locale, elle se situe dans le temps et dans l’espace, bien au-delà des contextes particuliers.
Entre le Nouveau Testament et aujourd’hui, il y a 2000 ans d’histoire du peuple de Dieu et de l’humanité. Cette histoire est aussi celle des Églises évangéliques qui, si elles la négligent, s’appauvrissent sur les plans de la théologie et de l’identité.

 

L’histoire façonne notre identité et celle des autres. Se comprendre, comprendre l’autre, rechercher l’unité sont des démarches qui obligent un recours à l’histoire.

 

 

Toute théologie a été élaborée dans un contexte particulier pour répondre à des questions précises. Le sola scriptura mal compris permet d’imaginer que notre exégèse n’a pas de filtres ou de canaux de transmission historiques. Le recours « direct » à l’Écriture ou à la théologie sans passer par l’histoire est une entreprise périlleuse.

 

 

Sur le plan de l’identité théologique et ecclésiale, beaucoup d’Églises évangéliques ont leur origine dans un contexte de schisme ou de rupture, ce qui les pousse parfois à ignorer ou à mépriser ceux et celles qu’elles ont « quittés ». L’histoire façonne notre identité et celle des autres. Se comprendre, comprendre l’autre, rechercher l’unité sont des démarches qui obligent un recours à l’histoire.

 

Neal Blough,

professeur d’Histoire de l’Église

";